Les conférences sur l’amour sont en ligne !

Vous pouvez voir ou revoir les interventions des trois journées de réflexion 2011 sur le thème de l’amour ici :

L’amour par Jean-Michel Salanskis

Dialogue autour de l’amour courtois, entre Denis Hüe et Philippe Carpentier

Enregistrements sonores des conférences de Jean-Michel Salanskis, Denis Hüe et Philippe Carpentier, et André Comte-Sponville :

Programme des 3 journées de réflexion 2011 : L’amour

Qu’est–ce que la justice sociale ? par Gérard Amicel

Ateliers populaires de philosophie

Sixième cycle, du lundi 28 mars au lundi 18 avril 2011

Qu’est–ce que la justice sociale ?
par Gérard Amicel
professeur de philosophie à Rennes

Cet atelier débutera à 18h30 à la place de 18h, Gérard Amicel terminant ses cours à 18h au lycée Bréquigny.

Infos pratiques :
Lieu : Auditorium Paul Ricœur au lycée Zola, Avenue Janvier, Rennes
Horaires : tous les lundi, 18h30-20h (hors vacances scolaires)
Entrée libre et gratuite, renseignements et contact : 06 11 14 23 70

Programme des ateliers populaires de philosophie 2010-2011

Présentation de l’atelier :

Les inégalités se sont accrues, en France, au cours des dix dernières années. Ce constat vient nourrir le sentiment d’injustice qui se diffuse dans notre société fracturée. Mais, l’indignation scandalisée conduit, le plus souvent, à la recherche de coupables ou de boucs émissaires. Il faut plutôt tenter de comprendre pourquoi les inégalités ne cessent d’augmenter dans une société plus que jamais obsédée par l’égalité.
Peut-on donner un sens précis à l’idée de justice sociale ? Ou bien s’agit-il d’une notion vide, d’un simple « mirage » politique ? Est-il possible d’articuler cette valeur de justice avec d’autres valeurs clés de la modernité, comme la liberté individuelle et la créativité culturelle ?
Le but est d’éclairer le débat contemporain autour de cette notion de justice sociale, en confrontant les différentes thèses en présence.

Bibliographie :

Rawls John, Théorie de la justice (1971), trad. par Catherine Audard, Seuil, 1987.
Hayek Friedrich A., Droit, législation et liberté (II) : Le mirage de la justice sociale (1978), trad. par Raoul Audouin, PUF, 1982.
Dupuy Jean-Pierre, Libéralisme et justice sociale, Hachette, 1992.
Kymlicka Will, Les théories de la justice : une introduction (1990), trad. par Marc Saint-Upéry, La découverte, 1999.
Renault Emmanuel, L’expérience de l’injustice. Reconnaissance et clinique de l’injustice, La Découverte, 2004.
Dubet François, Les places et les chances. Repenser la justice sociale, Seuil, 2010.

Le monde politique en « révolution »

Décembre 2010 – mars 2011

« J’avoue ne pas pouvoir me faire très bien à cette expression dont usent aussi des hommes sensés : un certain peuple (en train d’élaborer sa liberté légale) n’est pas mûr pour la liberté ; les serfs d’un propriétaire terrien ne sont pas encore mûrs pour la liberté ; et de même aussi, les hommes ne sont pas encore mûrs pour la liberté de croire. Dans une hypothèse de ce genre, la liberté ne se produira jamais ; car on ne peut mûrir pour la liberté, si l’on n’a pas été mis au préalable en liberté (il faut être libre pour pouvoir se servir utilement de ses forces dans la liberté). Les premiers essais en seront sans doute grossiers, et liés d’ordinaire à une condition plus pénible et plus dangereuse que lorsqu’on se trouvait encore sous les ordres, mais aussi sous la prévoyance d’autrui ; cependant jamais on ne mûrit pour la raison autrement que grâce à ses tentatives personnelles (qu’il faut être libre de pouvoir entreprendre). Je ne fais pas d’objection à ce que ceux qui détiennent le pouvoir renvoient encore loin, bien loin, obligés par les circonstances, le moment d’affranchir les hommes de ces trois chaînes. Mais, ériger en principe que la liberté ne vaut rien d’une manière générale pour ceux qui leur sont assujettis et qu’on ait le droit de les en écarter toujours, c’est là une atteinte au droit régalien de la divinité elle-même qui a créé l’homme pour la liberté. Il est plus commode évidemment de régner dans l’État, la famille et l’Église quand on peut faire aboutir un pareil principe. Mais est-ce aussi plus juste ? »

Emmanuel KANT, La Religion dans les limites de la simple raison (1793),
note 1, dans la 4ème partie, 2ème section, §IV, Paris, Vrin, 1979.

Trois journées de réflexion 2011 – L’amour

En partenariat avec les Champs Libres, la Société bretonne de philosophie organise chaque année « Les Champs de la réflexion ». Cette année 2011, le thème sera

L’Amour

Voir et écouter les conférences

Programme :

Jeudi 24 mars, 20h30

Jean-Michel Salanskis

Vendredi 25 mars, 15h – 18h

Dialogue autour de l’amour courtois, entre Denis Hüe, professeur de littérature médiévale à Rennes II et Philippe Carpentier, psychanalyste à Rennes.

Au fil de l’exposé de Denis Hüe sur l’amour courtois du XIe au XIVe siècle, Philippe Carpentier interviendra à partir de Lacan qui, dans le Séminaire VII, « l’éthique de la psychanalyse », voit dans l’amour courtois le paradigme de l’amour : pourquoi ? Que penser alors d’autres formes possibles d’expression de l’amour ? Et que dire, aujourd’hui, de la courtoisie en amour ?
La séance se déroulera sans pause entre le dialogue des deux intervenants et les questions du public.
Bibliographie pour la journée du 25 mars

Samedi 26 mars, 15h30 – 17h30

André Comte-Sponville

Lieu : salle de conférences Hubert Curien, aux Champs Libres

 

Voir l’article sur le site des Champs Libres

 

 

Historique des journées de réflexion :
2010 : « Tu ne tueras pas »
2009 : La guerre