Ida, de Pawel Pawlikowski

Dimanche 25 janvier 2015 à 17h30
au cinéma Le Foyer à Acigné

En relation avec le thème
Peut-on ne pas être barbare ? L’humanité, une tâche impossible ?
présenté par Yvan Droumaguet

L’entrée du cinéma est au tarif du cinéma.
Présentation des Ciné-philo et programme 2014-2015

Présentation du film

Réalisé par : Pawel Pawlikowski
Avec : Agata Kulesza, Agata Trzebuchowska, Joanna Kulig
Date de sortie : 12 février 2014
Durée : 1h22
Genre : Drame
Nationalité : Polonais, danois

Dans la Pologne des années 60, avant de prononcer ses vœux, Anna, jeune orpheline élevée au couvent, part à la rencontre de sa tante, seul membre de sa famille encore en vie. Elle découvre alors un sombre secret de famille datant de l’occupation nazie.

Peut-on ne pas être barbare ? L’humanité, une tâche impossible ?

par Yvan Droumaguet

Dates et horaires : les lundis 5, 12, 19 et 26 janvier 2015, 18h-20h
Lieu : Amphi Donzelot, 6 rue Kléber à Rennes, 18h-20h
Entrée libre et gratuite, renseignements et contact : 07 81 55 85 09
Présentation des Ateliers populaires de philosophie et programme 2014-2015

PRÉSENTATION DE L’ATELIER :

La « barbarie » nous fait horreur et nous fait peur. Nous la ressentons comme la plus grande des menaces pour la survie de l’humanité parce qu’elle en est la négation absolue. Mais, si la barbarie nous horrifie tant, n’est-ce pas aussi parce que nous ne pouvons la comprendre ?
Nous jugeons inhumains les actes barbares, pourtant les « barbares » sont des êtres humains et leurs actes mêmes nous obligent à nous interroger sur ce que nous sommes. Entre barbarie et humanité, où se situe donc la frontière ? Le barbare, c’est l’absolument autre puisque, par ses actes, il s’exclut de l’humanité « civilisée », mais c’est aussi le même et c’est précisément parce qu’il est un humain comme nous que ses actes nous font tant horreur.
Le barbare serait donc humain et inhumain ? En nous demandant si nous pouvons échapper à la barbarie  et ouvrir la voie d’une humanité où la dignité de toute personne serait enfin reconnue, nous ne pourrons éviter d’affronter cette inquiétante mais nécessaire question : le barbare peut-il être chacun d’entre nous ?

BIBLIOGRAPHIE

Montaigne, Essais (notamment Livre 1er, ch. 31 « Des cannibales »)
Primo Levi, Si c’est un homme et  Les naufragés et les rescapés
Levi-Strauss, Race et histoire
Hannah Arendt, Eichmann à Jérusalem
Tzvetan Todorov, Le jardin imparfait.  La pensée humaniste en France et La peur des barbares. Au-delà du choc des civilisations
Michel Terestchenko, Un si fragile vernis d’humanité.  Banalité du mal, banalité du bien.
Keith Lowe, L’Europe barbare, 1945-1950
Dictionnaire historique et critique du racisme (sous la direction de Pierre-André Taguieff)
Dictionnaire de la violence (sous la direction de Michela Marzano)

CINÉ-PHILO
en relation avec ce thème :
Ida, de Pawel Pawlikowski
Dimanche 25 janvier 2015
présenté par Yvan Droumaguet

Ciné philo. Dimanche 13 octobre 2013 : Le labyrinthe de Pan, de Guillermo del Toro

Ciné-Philo

Dimanche 13 octobre 2013 à 17h30 au cinéma Le Foyer à Acigné :

Le labyrinthe de Pan, de Guillermo del Toro

Labyrinthe Pan

En relation avec le thème « La monstruosité : réflexions sur la nature humaine »
Présenté par Gérard Amicel

En collaboration avec le festival CourtMétrange

(l’entrée est au tarif du cinéma)

Site du cinéma Le Foyer à Acigné : www.cinemalefoyer.fr

La monstruosité : réflexions sur la nature humaine, par Gérard Amicel

Ateliers populaires de philosophie

Deuxième cycle, les lundis 7, 14 octobre, 4 et 18 novembre 2013

La monstruosité : réflexions sur la nature humaine

par Gérard Amicel

Pour la première fois, la Société bretonne de philosophie a noué un partenariat avec Court Métrange, le festival international du court métrage insolite et fantastique de Rennes, qui se déroulera au TNB du 17 au 20 octobre 2013. Cette nouvelle édition est placée sous le thème du Monstre et des monstruosités, thème que la philosophie aborde elle aussi chaque fois qu’elle s’engage dans les voies de l’anthropologie. C’est pourquoi le deuxième Atelier populaire de philosophie de l’année a choisi de se faire le relais des interrogations qui seront au cœur de ces films.

Infos pratiques :
ATTENTION NOUVEAU LIEU !
Lieu : Amphi Donzelot
6 rue Kléber à Rennes
Horaires :
les lundis 7, 14 octobre, 4 et 18 novembre 2013, 18h-20h
Entrée libre et gratuite, renseignements et contact : 07 81 55 85 09

Programme des ateliers populaires de philosophie 2013-2014

Présentation de l’atelier :

Qu’est-ce qu’un monstre ? C’est d’abord ce qui produit en nous un sentiment violent mais confus, où se mêlent la sidération, la crainte et la fascination. Le langage est soudain mis en échec. Ce qui rompt notre aptitude habituelle à catégoriser est alors, faute de mieux, désigné du doigt et montré. Conformément à l’étymologie latine, le monstrum évoque donc l’exhibition d’un phénomène irrégulier, échappant à la configuration ordinaire des membres de sa classe. Mais, inversement, le spectacle de la monstruosité permet aussi de montrer quelque chose : il sert à « enseigner la norme », pour reprendre une formule de Canguilhem. Il est en effet impossible d’indiquer directement une norme, conçue comme moyenne ou comme idéal. Elle ne peut être révélée que par la monstration de son contraire. C’est par conséquent l’anormal qui est à l’origine de l’intérêt pour le normal et permet d’en prendre conscience.
Les représentations du monstrueux nous invitent ainsi à nous interroger sur ce qui constitue notre essence. L’examen des différents critères de la monstruosité permet de mettre en évidence l’évolution de nos conceptions de la nature humaine. Celui qui définit le monstre comme un être contre nature postule une essence humaine immuable. Le monstre est alors rejeté aux marges de l’humanité. Mais la rationalité scientifique a enlevé toute pertinence à cette notion archaïque de contre nature. La tératologie moderne a réintégré le monstre dans la mécanique des lois naturelles. Seulement, elle en a fait un dégénéré, dont la structure dévoile un arrêt du développement normal. Cette représentation évolutionniste est conforme à l’idée de perfectibilité comme propre de l’homme. Doit-on pour autant admettre la possibilité de distinguer différents degrés au sein de l’humanité ? Cette volonté de hiérarchiser les individus et les races, sur une échelle de la civilisation, nous apparaît aujourd’hui proprement monstrueuse. Il serait alors tentant de se débarrasser de la notion de nature humaine. Serait-ce également la fin du monstrueux ? C’est peu probable. L’absence d’essence de l’homme et sa plasticité totale l’ouvrent à tous les possibles, y compris les pires. Chacun, dans ces conditions, peut se transformer en tortionnaire ou en bourreau. Ce qui nous fascine aujourd’hui, ce n’est plus le caractère exceptionnel de la monstruosité, mais sa banalité. Nous avons tenté de repousser le monstre aux confins de l’humanité, puis de l’éliminer. Il a trouvé refuge en nous.
Sommes-nous vraiment tous des monstres potentiels ? Devons-nous chercher à vaincre nos terreurs ou, au contraire, susciter cette peur du monstre en nous, pour éviter qu’il se déchaîne ?

Bibliographie :

Aristote, De la génération des animaux, Paris, Les Belles Lettres, 1961.
Ancet P., Phénoménologie des corps monstrueux, Paris, PUF, 2006.
Courtine J.-J., « De Barnum à Disney », Cahiers de médiologie, I, 1995, p. 74-80.
Canguilhem G., Le Normal et le pathologique, Paris, PUF, « Quadrige », 1995.
Canguilhem G.,La connaissance de la vie, Paris, Vrin, 1992.
Foucault M., Les Anormaux. Cours au Collège de France. 1974-1975, Paris, Gallimard – Le Seuil, « Hautes Etudes », 1999.
Freud S., L’Inquiétante étrangeté et autres essais, Paris, Gallimard, 1985.
Lacoste C., Séductions du bourreau, Paris, PUF, « Intervention philosophique », 2010.